Accueil / Dossier / Petites pointures et talons hauts

Petites pointures et talons hauts

Trouver de jolies chaussures à talons en pointure 32 ? Un casse-tête… plutôt casse-pied ! Emilie sait de quoi il retourne. C’est pourquoi elle a décidé, en 2013, de créer Liliboty. Elle répond aujourd’hui à Cover Dressing.

Cover Dressing : Bonjour Emilie. Vous avez 26 ans, vous mesurez 1m51 et chaussez du 33 : pas le plus simple pour le shopping, n’est-ce pas ?

Emilie : Evidemment ! Quand on fait 1m51, on est obligée de faire des ourlets aux pantalons, certains pantacourts peuvent même être portés en pantalons, les robes sont souvent trop longues et ça nous tasse… Mais enfin, le plus dur c’est vraiment pour se chausser ! Avant, pour me chausser, c’était le néant ! J’étais même dans le déni et je portais du 35… Bien sûr, pour porter des escarpins ça n’était pas possible. Alors on reste sur des chaussures en 35 dix fois trop grandes qui vont permettre à notre pied de s’élargir au lieu de s’agrandir. On teste les chaussures pour enfants, qui non seulement sont à l’effigie des princesses Disney maisqui ne sont en plus pas du tout adaptées à nos pieds d’adulte.

C.D : C’est donc pour ces raisons que vous avez, tout d’abord, créé un blog ?

Emilie : Oui. J’en ai eu marre et j’ai commencé à chercher des boutiques spécialisées en France et un peu partout. J’en ai trouvé quelques-unes mais les modèles étaient assez vieillots. J’arrivais à trouver de temps en temps des escarpins classiques mais il fallait mettre le prix. J’ai donc commencé naturellement à rédiger un blog, le blog pourlespetitspieds.fr pour répertorier toutes les boutiques que je trouvais. Les lectrices étaient nombreuses à participer au blog ! Je n’étais plus la seule, j’ai donc proposé aux lectrices qui le souhaitaient de revendre leurs chaussures petites pointures d’occasion sur le blog ! Là encore, ce fut un succès. A l’époque, j’étais étudiante en infographie, ça m’a aidé à créer mon blog et à le gérer.

C.D : Depuis, vous vous êtes lancée dans l’aventure entrepreneuriale avec Liliboty. Pourquoi pris cette décision ? 

Emilie : J’ai eu des difficultés pour trouver un emploi (à cause de ma taille ! et de mon visage trop « jeune »). J’adorais créer, c’est donc naturellement que m’est venue l’idée de créer ma boutique sur internet. J’ai commencé par proposer uniquement du synthétique qui vient de Chine, pour proposer une gamme de chaussures à prix abordables. La boutique évoluait bien, je recevais dès le début des petits messages sympa, des retours positifs de mes clientes.

Puis en novembre dernier, j’ai décidé de proposer du cuir avec la marque Yves de Beaumond, qui produit en Espagne. Ensuite m’est venue l’idée de dessiner moi-même mes chaussures, pour répondre exactement à la demande des clientes et un fabricant polonais m’a contactée, ça tombait à pic ! Alors, la marque Liliboty est née.

C.D : Quelle était votre première création ? Pourquoi ?

Emilie : Le premier modèle était HydePark, une paire de bottines classiques pour tous les jours (que je porte trop souvent d’ailleurs). Ensuite, une paire de bottines à talons compensés Lancaster. Souvent les femmes de petite taille découvrent les talons, alors le compensé c’est super stable et confortable. Pour commencer, c’est parfait !

Puis un jour, une cliente qui chausse du 33 m’a demandé s’il était possible d’avoir des chaussures pour danser la salsa. Nous les avons créées sur mesure pour ses petits pieds et en avons profité pour créer ce modèle, tout simplement.

C.D : Combien de modèles avez-vous aujourd’hui ? Comment définiriez-vous vos collections ?

Emilie : A ce jour, il y a environ 500 modèles disponibles sur le site. J’essaie de faire plaisir à toutes les clientes en proposant des chaussures différentes les unes des autres, tout en m’inspirant des tendances du moment. Je reviens justement du salon de la chaussure à Paris, et j’ai déjà en tête ce qui se fera. Nous allons donc plancher dessus pour faire des petits modèles tendance pour l’hiver prochain.

C.D : Avez-vous des modèles en préparation pour la saison à venir ?

Emilie : Nous attendons le plus gros de notre collection Printemps Été en cuir, avec beaucoup de couleurs Pantone, ce qui est super tendance pour cette nouvelle saison. Nous proposons également des chaussures avec des couleurs argentées ou métallisées pour donner du pep’s à nos petits pieds cet été.

C.D : Comment peut-on acheter vos modèles ? Quelle gamme de prix ?

Emilie : Vous trouverez nos chaussures sur notre site. Nous proposons un maximum de modèles sur notre e-shop. Je dis « nous » parce que nous sommes deux depuis septembre 2015 : je forme Laurine aux métiers du e-commerce et elle prépare les commandes,  répond aux clientes, reçoit les clientes sur RDV, etc…

Les modèles sont expédiés partout dans le monde avec des transporteurs rapides et fiables. Bien entendu, nous proposons plusieurs moyens de paiements sécurisés comme Paypal, CB, chèques et virements. Les prix commencent à 54.90 € pour du synthétique, puis nous montons en gamme avec des modèles en cuir aux alentours de 64.90 €.

C.D : Vous proposez des modèles très féminins à partir du 32, une taille tellement difficile à trouver dans les collections femme des boutiques.

Emilie : On me demande d’ailleurs souvent ou j’achète mes chaussures. Une fois, dans un centre commercial, une femme de petite taille m’a demandé où j’avais acheté mes escarpins. J’ai donc discuté avec elle, c’était inattendu et très sympa.

Lilibotty

Site webFacebook

Tel : 05 64 88 00 04 (Lun-Ven 14h/18h)

Recevez les derniers articles chaque semaine !

A propos de Muriel Robine

Après 15 années passées dans la production de films cinématographiques à Paris, Muriel met en place plusieurs évènement de sensibilisation au handicap, puis une première « Alter-Fashion Week » en 2013 : un salon de la mode qui penserait à tous les corps. Elle s'engage en parallèle à la présidence de l'association Cover, tandis qu'elle finalise un mémoire de Master 2 portant sur "La mode comme outil d'inclusion des personnes en situation de handicap". C'est de cette riche expérience qu'est né le projet d'un magazine en ligne qui serait une référence incontournable de la mode accessible à tous : coverdressing.com

Du même auteur

Iulia Barton

L’agence Iulia Barton lance le premier catalogue de mode inclusive

Fondée par Giulia Bartoccioni, l’agence de mannequinat Iulia Barton a fait de la mode inclusive son …

Cover nommé aux Lauréats du CCAH 2016

L’association Cover Dressing fait partie des nommés aux Lauréats du CCAH (Comité national Coordination Action …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *