Accueil / Culture / Médias / Les Français ont une vision trop optimiste du quotidien des enfants handicapés

Les Français ont une vision trop optimiste du quotidien des enfants handicapés

Un sondage réalisé par la Croix-Rouge et révélé par Le Parisien met en avant les perceptions faussées des Français concernant le quotidien des enfants en situation de handicap.

C’est dans le cadre de son Pacte Santé 2018, ayant cette année pour thématique l’enfance et le handicap, que la Croix-Rouge a demandé à l’institut de sondage CSA de se pencher sur ce que les Français perçoivent des difficultés liées au handicap. Pour ce faire, CSA a sondé 1005 personnes et a comparé leur réponses à celles de 1168 parents d’enfants en situation de handicap. Les résultats viennent d’être révélés par le journal Le Parisien, pour qui « les Français ont une vision trop idyllique du handicap » . Le quotidien donne plusieurs chiffres pour appuyer son propos :

  • 1/2 Français pense que le diagnostic du handicap intervient dès la naissance. D’après les parents, ce ne serait vrai que dans 20% des cas.
  • 6 Français sur 10 pensent qu’il y est possible d’inscrire son enfant en crèche. Ce n’est en réalité le cas que pour 40% des familles consultées.
  • 76% des Français pensent que la scolarisation des enfants handicapés est obligatoire. Mais, d’après les parents sondés, un enfant sur deux n’est pas scolarisé toute la semaine.

Causes et conséquences

Cette vision trop optimiste du handicap s’expliquerait par un manque de visibilité des personnes en situation de handicap, et notamment des plus vulnérables. Il y a certainement plusieurs causes à ce problème, la principale étant sûrement l’invisibilité forcée des personnes en situation de handicap dans l’espace public, due au manque d’accessibilité des structures aussi centrales que les écoles, les crèches, les centres de loisirs, etc…

Il y a aussi, comme le soulignait récemment le quotidien suisse Le Courrier, un manque d’études portant sur le handicap : « les études critiques concernant le handicap sont peu développées dans l’aire francophone, contrairement à l’aire anglophone. Elles nous aident pourtant à changer notre regard sur cette question.  » Trop souvent abordé uniquement sous l’angle médical, le handicap souffre cruellement du défaut d’analyses sociales, politiques ou philosophiques qui permettraient de s’interroger sur l’impact des contraintes de l’accessibilité et de la stigmatisation quotidienne sur les parcours de vie des personnes en situation de handicap. Le Courrier explique :

Le sociologue Erving Goffman dans son ouvrage, Stigmate, les usages sociaux du handicap (1975), a montré comment le handicap pouvait être l’objet d’une stigmatisation sociale, ce qui conduit un certain nombre de personnes à tenter de masquer leur handicap. Or à l’inverse, pour environ 80 % des personnes en situation de handicap, cette situation est invisible.

S’il y a bien un sujet par lequel une société dans son ensemble doit se sentir concernée, c’est bien celle de ses enfants, de leur avenir et de leur bien-être. Et pour écarter les préjugés auxquels ils pourraient se heurter comme leurs aînés, une approche plus humaine et plus globale du handicap est une nécessité.

 

Recevez les derniers articles chaque semaine !

A propos de Alexandra Caussard

Rédactrice en chef

Du même auteur

Grizz, un dispositif pour faciliter les déplacements des malvoyants

Petit outil connecté discrètement installé dans une veste, le dispositif Grizz entend faciliter les déplacements des personnes …

Astuce : Des brides amovibles pour maintenir ses escarpins en place

Si vos escarpins ont tendance à se faire la malle au moment où vous vous …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *